Foire aux questions | Parlons de l'Île-de-Sable! | Parlons de l'Île-de-Sable!

IE6 n'est pas compatible.

Contactez-nous pour tout soutien quant à votre navigateur.

Les chevaux sont-ils sauvages?

Puisque ces chevaux font partie de la communauté écologique de l’île, Parcs Canada les protège au même titre que la faune en vertu de la Loi sur les parcs nationaux du Canada et du Règlement sur la faune des parcs nationaux. Conformément à la définition d’espèce sauvage du COSEPAC et de l’UICN – un animal observé dans son habitat actuel depuis plus de 50 ans –, Parcs Canada a établi qu’il s’agissait d’une population sauvage issue d’une espèce naturalisée. Comme pour la faune des autres parcs nationaux, les règlements protègent les chevaux de l’île de Sable de la chasse et de toute activité pouvant leur nuire ou les déranger, et stipulent qu’il est interdit de les toucher, de les nourrir et d’interagir avec des individus de la population, sauf sous l’autorité du directeur de la réserve de parc national. Il est important de noter que Parcs Canada ne considère pas la population de chevaux sauvages de l’île de Sable comme des animaux domestiques, car ils ne sont pas apprivoisés et ne dépendent pas des humains pour survivre et se reproduire. 

Envisagez-vous de permettre le camping sur l’île comme une des possibilités pour l’avenir de l’île de Sable?

À Parcs Canada, nous avons le mandat de protéger cette île emblématique et de partager son histoire avec les Canadiens. Nous cherchons pour le moment à connaître l’opinion du public quant aux possibilités d’expérience du visiteur qui ont été proposées par les partenaires, les intervenants et des membres du public.

Le processus de planification de gestion donne l’occasion à la population de se prononcer sur toutes les options afin d’orienter les décisions futures relativement à l’expérience du visiteur sur l’île. Parlons de l’île de Sable! n’est que la première étape de ce processus.


Quel est le plan de Parcs Canada en ce qui concerne la fréquentation de l’île de Sable?

Parcs Canada est un chef de file reconnu en matière de conservation et possède une excellente feuille de route quant à la gestion de la fréquentation de milieux fragiles et éloignés. Le plan stratégique relatif à l’expérience du visiteur dans la réserve de parc national de l’Île-de-Sable sera examiné dans le cadre des travaux d’élaboration du plan directeur. Depuis 2014, les visites de la réserve de parc national de l’Île-de-Sable sont limitées à des excursions d’une journée et sont minutieusement encadrées par Parcs Canada par l’intermédiaire d’un système d’inscription, d’une séance d’orientation obligatoire et de la transmission aux visiteurs de renseignements détaillés sur la planification de leur séjour pour assurer leur sécurité et la protection des ressources naturelles de l’île de Sable.

Comment avez-vous élaboré les questions et les thèmes abordés dans le processus de consultation?

Parcs Canada a revu les rétroactions recueillies lors de la création du parc afin de cerner les principaux thèmes à aborder dans le processus de consultation. Par exemple, la question sur l’expérience du visiteur s’appuie sur les expériences du visiteur proposées par les partenaires, les intervenants et les membres du public pendant la création du parc.

Y aura-t-il des activités d’exploration pétrolière et gazière sur l’île de Sable?

La création de la réserve de parc national de l’Île-de-Sable représente un gain majeur en matière de conservation. Le projet de loi S-15 a permis d’inscrire l’île de Sable à la Loi sur les parcs nationaux du Canada – le plus important outil législatif dont dispose le Canada pour protéger les lieux naturels – et a fourni à Parcs Canada les outils réglementaires et stratégiques dont il a besoin pour gérer cette réserve de parc national. Lors de la création de la réserve de parc national de l’Île-de-Sable, le Canada et la Nouvelle-Écosse ont convenu d’interdire le forage sur l’île de Sable dans un rayon d’un mille marin de ses côtes. 

Qu’est-ce que Parcs Canada a découvert lors de son inventaire archéologique de l’île de Sable?

Cet inventaire nous a permis de repérer des vestiges structurels de maisons, de granges, de dépendances, de clôtures et d’autres bâtiments ainsi que d’anciens phares. La plupart de ces observations ont été faites à des endroits où le vent avait mis à nu les vestiges. Dans plusieurs parties de l’île, des ruines de fondations qui avaient été observés par le passé sont maintenant recouvertes de sable. Nous avons également observé et enregistré des centaines d’artéfacts liés aux maisons et aux lieux habités. La découverte d’un grand nombre d’artéfacts datant du milieu à la fin du XVIIIe siècle aux environs d’une ancienne station de sauvetage établie en 1801 présente un intérêt particulier sur le plan de la recherche. 

La géolocalisation de chacun des sites et des champs de débris d’artéfacts a été effectuée et enregistrée à l’aide d’un module de cartographie numérique, et les données ont été ajoutées au système d’information géographique (SIG) conçu pour la gestion du patrimoine culturel de l’île de Sable. Un grand nombre de nouvelles données avaient déjà été recueillies en 2015, mais ce nouvel inventaire archéologique avait pour objectif principal d’établir les données de référence relatives aux ressources culturelles et de créer ainsi un registre de l’état de conservation, du potentiel, de l’ampleur et de l’emplacement des ressources culturelles de l’île de Sable. 

Comme ces renseignements ont maintenant été recueillis, nous pouvons commencer à cartographier les zones à haut potentiel en matière de ressources culturelles et définir la valeur patrimoniale globale de l’histoire humaine sur l’île de Sable. À partir de là, la dernière étape consistera à établir un protocole de surveillance afin de mesurer, pour chaque emplacement, l’exposition des artéfacts aux vents et les conséquences de l’érosion éolienne. La précision des cartes et de l’imagerie photographique des assemblages d’artéfacts et des éléments d’architecture contribue à l’évaluation générale de la condition physique d’une ressource ainsi qu’à l’élaboration de plans visant à éviter toute perte additionnelle. Des sites tels que la réserve de parc national de l’Île-de-Sable reflètent la diversité et la richesse du patrimoine canadien et offrent à la population une occasion d’en apprendre davantage sur notre histoire variée.